obstination


obstination

obstination [ ɔpstinasjɔ̃ ] n. f.
• v. 1190; lat. obstinatio
Caractère, comportement d'une personne obstinée. acharnement, constance, entêtement, insistance, opiniâtreté, persévérance, ténacité. « Derrière son front bombé, on sentait une obstination de paysan » (R. Rolland). Défendre ses idées avec obstination. « Cette obstination dans le refus » (A. Gide). « pourquoi cette obstination à se taire ? » (Bourget). ⊗ CONTR. Docilité, inconstance.

obstination nom féminin (latin obstinatio, -onis) Action de persévérer dans une entreprise par parti pris ou par esprit d'opposition ; caractère de quelqu'un d'obstiné : Son obstination lui a permis d'arriver à ses fins.obstination (citations) nom féminin (latin obstinatio, -onis) Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 L'obstination et ardeur d'opinion est la plus sûre preuve de bêtise : est-il rien certain, résolu, dédaigneux, contemplatif, grave, sérieux, comme l'âne ? Essais, III, 8 obstination (synonymes) nom féminin (latin obstinatio, -onis) Action de persévérer dans une entreprise par parti pris ou...
Synonymes :
- entêtement
- opiniâtreté
- persévérance
- ténacité

obstination
n. f. Caractère d'une personne obstinée, opiniâtre.

⇒OBSTINATION, subst. fém.
A. — 1. Attachement tenace d'une personne à ses idées, à ses résolutions, à ses entreprises en dépit des difficultés qu'elle rencontre. Synon. entêtement. Cette obstination imperturbable avec laquelle l'Anglais ou l'Allemand marchent à leur but, sans tomber ni se détourner, n'est pas à l'usage des Français (J. DE MAISTRE, Corresp., t.1, 1804, p.126). J'ai mis tant d'obstination... d'entêtement même!... à trouver un jeune collaborateur, ardent, enthousiaste! (BERNANOS, Imposture, 1927, p.414):
1. Il y a eu des années où Durkheim a édifié son oeuvre et répandu son enseignement, avec une grande obstination, avec une grande rigueur autoritaire, en donnant à cette oeuvre les allures vénérables de la science...
NIZAN, Chiens garde, 1932, p.191.
[Avec compar. caractérisante] Cet homme qui s'arrange pour vivre dans mon ombre, pour mettre ses pas dans l'empreinte des miens, avec une obstination de chien (COLETTE, Vagab., 1910, p.79).
En partic. Insistance. L'épicière m'observe avec attention et je remarque que son regard s'attache à ma taille, à mon ventre, avec une obstination gênante (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p.63).
2. Péj. Attachement excessif, irraisonné à une résolution, à une entreprise. Obstination aveugle, désespérée, exaspérante, farouche, féroce, imbécile, intraitable, puérile, stupide; obstination d'ivrogne. Il aurait pu parler ainsi pendant des heures, il se serait toujours buté à la même obstination fermée, inébranlable (A. DAUDET, Nabab, 1877, p.134). Claude répondait sèchement, avec l'obstination de l'idée fixe, qui dédaigne même à donner des raisons (ZOLA, OEuvre, 1886, p.282).
[Avec compl. prép. contre] Quelque chose d'irritant, c'est son obstination sourde, hostile, contre tout ce qui est raisonnement (GONCOURT, Journal, 1870, p.556).
B.P. méton. Comportement, manière d'agir qui dénote ou met en oeuvre cette qualité. Fléchir dans son obstination; vaincre l'obstination de qqn. Opposant à nos offres une obstination souriante, il ne but pas (BENOIT, Atlant., 1919, p.65). L'habitude de subordonner de bien loin ce qui est vrai à ce qui est convenable, et la science à la politesse, est donc la plus ancienne en nous tous; beaucoup d'aveuglements, d'obstinations et de stériles controverses s'expliquent par là (ALAIN, Propos, 1921, p.246):
2. Il y a entre les fureurs de 1793 et l'obstination patiente des partis opposés en 1827 la différence qu'il y a entre des boxeurs qui risquent de se tuer et des joueurs d'échecs attentifs, mais patients qui se disputent la victoire et soutiennent des paris importants.
DELÉCLUZE, Journal, 1827, p.400.
[Avec compl. prép.]
Obstination à + inf. Il n'y avait plus de place dans le coeur de tous que pour un très vieil et très morne espoir, celui-là même qui empêche les hommes de se laisser aller à la mort et qui n'est qu'une simple obstination à vivre (CAMUS, Peste, 1947, p.1430).
Obstination dans + subst. Tu manques la plus belle occasion de fortune qui puisse se présenter de ta vie entière à un ouvrier de Granville, et cela par ton obstination dans d'extravagantes amours (NODIER, Fée Miettes, 1831, p.95).
Prononc. et Orth.:[]; pour [-] v. obstiné. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Fin du XIIes. (Sermons S. Bernard, 6, 9 ds T.-L.). Empr. au lat. class. obstinatio «constance, persévérance, fermeté», dér. de obstinare (v. obstiner). Fréq. abs. littér.:720. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 662, b) 841; XXe s.: a) 1540, b) 1118.

obstination [ɔpstinɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1190; lat. obstinatio, du supin de obstinare.
Caractère, comportement d'une personne obstinée, qui refuse de céder. Acharnement, aheurtement (vx), assiduité, constance, entêtement, insistance, opiniâtreté, persévérance, persistance, résolution, ténacité. || « L'obstination et ardeur d'opinion est la plus sûre preuve de bêtise » (→ Âne, cit. 6, Montaigne). || Persévérer par obstination, par orgueil, par honte de s'en dédire (→ Cabale, cit. 7). || Obstination dans le refus (→ Déni, cit. 5). || L'obstination des faibles (→ Inlassablement, cit. 2). || L'obstination particulière aux vieilles gens. || Votre obstination à vouloir m'entretenir (cit. 30) sans cesse… (→ aussi Manège, cit. 9). || Vaincre l'obstination de quelqu'un.
1 Il faut fléchir au temps sans obstination;
Et c'est une folie à nulle autre seconde
De vouloir se mêler de corriger le monde.
Molière, le Misanthrope, I, 1.
2 — S'il est innocent, alors, pourquoi cette obstination à se taire ? (…)
Paul Bourget, le Disciple, III.
3 Derrière son front bombé, sans un pli, on sentait une obstination de paysan, dure comme un caillou.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, III, p. 593.
4 Il ne lui reconnaît guère (à l'Anglais) comme vertu que l'obstination, qui est la qualité ordinaire des pauvres d'esprit (…) Il m'a dit d'abord que l'obstination, fût-elle stupide, donne en ce monde de meilleurs résultats qu'on ne croirait, parce qu'en chaque affaire une multitude de solutions sont toujours possibles, et que les gens intelligents s'usent à chercher sans arrêt la meilleure, qui ne l'est pas tellement.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. VI, XIX, p. 155.
5 Vertu première : la patience. Rien à voir avec la simple attente. Elle se confond plutôt avec l'obstination.
Gide, les Nouvelles Nourritures, p. 286.
6 (…) l'obstination est l'aveugle et grossière opposition du moi à une réalité qu'il échoue à mesurer; et cette opposition est chose féminine. On parle des maladies de la volonté. La volonté elle aussi, quelquefois, est une maladie.
Montherlant, les Lépreuses, I, I.
CONTR. Capitulation, caprice, compréhension, docilité, inconstance, versatilité.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • obstination — Obstination. s. f. Opiniastreté. Horrible, estrange obstination. quelle obstination! obstination dans le mal, au mal. l obstination d un pecheur …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Obstination — Ob sti*na tion, n. [L. obstinatio.] Obstinacy; stubbornness. [Obs.] Jer. Taylor. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • obstination — (ob sti na sion ; en vers, de cinq syllabes ; au XVIe siècle, d après Bèze, au XVIIe d après Ménage, on prononçait ostination, ce qui est aujourd hui la prononciation populaire) s. f. Action de s obstiner ; état de celui qui s obstine. •   Je… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • OBSTINATION — n. f. Fait de s’attacher opiniâtrement à une idée, à un sentiment, à une entreprise. Obstination irréductible. Ridicule, étrange obstination. Obstination au mal, dans le mal. Il signifie aussi Qualité de celui qui s’attache à une idée, à un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • OBSTINATION — s. f. Entêtement, opiniâtreté. Ridicule, étrange obstination. Quelle obstination ! Obstination au mal, dans le mal. L obstination d un sot …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • obstination — Le vice d obstination et aheurtement, Pertinacia. Obstination et fermeté de propos, Obstinatio. Obstination et perseverance le plus souvent en bonnes choses, Peruicacia …   Thresor de la langue françoyse

  • obstination — ˌäbztəˈnāshən, bat noun ( s) Etymology: Middle English obstinacioun, from Middle French obstination, from Latin obstination , obstinatio, from obstinatus (past participle of obstinare) + ion , io ion : obstinacy …   Useful english dictionary

  • Obstination — Obs|ti|na|ti|on, die; [lat. obstinatio] (bildungsspr.): Halsstarrigkeit, Eigensinn …   Universal-Lexikon

  • Obstination — Egensindighed, genstridighed …   Danske encyklopædi

  • Obstination — Obs|ti|na|ti|on die; <aus gleichbed. lat. obstinatio zu obstinare, vgl. ↑obstinieren> (veraltet) Halsstarrigkeit, Eigensinn …   Das große Fremdwörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.